Retour



Félix Davin

né le  24  avril  1807  à Saint-Quentin ( Aisne) où il est mort le 3   août  1836, est un  romancier , poète et journaliste 


Sa vie et son œuvre



Il fait ses études dans un pensionnat de Paris, puis au collège de Saint-Quentin, et compose dès son adolescence des poèmes élégiaques. Il se fait connaître par une pièce sur le siège de Saint-Quentin en 1577. Présentée au concours de l'Académie de la ville, elle remporte le premier prix, tandis que le poème de son ami d'enfance, le futur historien  Henri Martin, obtient une mention honorable. Les deux amis écrivent alors ensemble  Wolfthurm, ou la Tour du loup, un roman tourmenté dans le goût de l'époque. Afin de s'éloigner de son milieu familial, qu'il juge trop mercantile, il s'établit peu après à Paris, où il entre comme rédacteur au Figaro, devenu tout récemment quotidien, aux côtés de Léon Gozlan, Auguste Jal,  Jules Janin,  Alphonse Karr,  Nestor Roqueplan,  George Sand,  Jules Sandeau. Il collabore également à plusieurs revues, telles que le Journal des demoiselles et le Musée des familles, et fonde par ailleurs à Saint-Quentin le journal Le Guetteur. Après avoir obtenu « un beau succès de chair de poule  » avec un roman espagnol intitulé Le Crapaud , il publie à partir de n1883  une série de cinq romans dans un genre qu'il nomme « roman intime », fait d'observations sur les mœurs provinciales. En 1834 et 1835, il signe pour Honoré de Balzac, dont il est un grand admirateur, la préface des ;Études philosophiques et des Études de mœurs. Ses deux dernières publications sont Une fille naturelle, un roman historique à la manière de Walter Scott, et  Mystères et fantaisies, un recueil de poésies. Atteint par la tuberculose, il meurt à l'âge de 29 ans, un an seulement après s'être marié, dans sa ville natale où il avait voulu revenir. Une rue y porte aujourd'hui son nom.